Précédent

Les témoignages d'eBalance

Silvia Weder (65), -56 kg

Avant Avant
Après après
Portrait Silvia Weder :
  • Âge: 65
  • Domicile: Gamprin, Liechtenstein
  • Métier: Contrôleuse de gestion internationale / fondatrice et chef d'entreprise, aujourd'hui à la retraite
  • Taille: 168 cm
  • Poids initial: 119 kg
  • Poids actuel: 63 kg
  • Poids idéal au départ: 69 kg
  • Nouveau poids souhaité: 65 kg

« Je peux aujourd'hui manger autant que je le souhaite »

Mars 2014 - C'est grâce à un petit chien que Silvia a retrouvé la forme. Elle pèse aujourd'hui 56 kilos de moins et maintient son poids sans se priver.
 
Pas de photo sans Blacky, telle est la condition posée par Silvia Weder. Car ce minuscule Yorkshire Terrier tient une part importante dans la réussite de sa maîtresse. « Sans Blacky, je ne serais jamais parvenue à atteindre mon objectif » affirme cette contrôleuse de gestion à la retraite, qui réside au Liechtenstein. Son objectif était ambitieux : perdre 50 kilos au total. Au bout du compte, elle réussit à perdre 56 kilos en l'espace de 55 semaines, soit un kilo en moyenne par semaine.
 
Un résultat tout à fait remarquable, d'autant plus qu'il s'agit de sa première tentative de perdre du poids. Jusqu'à deux ans auparavant, la sexagénaire n'avait jamais sérieusement cherché à perdre du poids. « Je pensais qu'il me faudrait renoncer à tous ces petits plats que j'affectionne » confie-t-elle. « J'ignorais à l'époque qu'il n'en est rien avec eBalance ».
 

En surpoids dès l'enfance

Sa prédilection pour les « petits plats », comme elle les appelle, remonte à l'enfance. En effet, les parents de Silvia Weder tiennent un restaurant et une épicerie, où les enfants trouvent régulièrement une petite sucrerie ou un snack salé à grignoter. Son frère n'en souffre pas, il reste mince comme sa mère. Ses deux sœurs en revanche accumulent les kilos sur les hanches, et Silvia Weder elle-même, avec ses 75 kilos pour 1 m 69, devient un « véritable poids lourd », comme son père.
 
La situation ne change guère lorsqu'elle quitte le nid familial. Bien au contraire : en plus de ses repas, elle avale régulièrement jusqu'à 300 g de camembert au lait entier, des chips à profusion et du chocolat « par tablettes entières ». Comme elle ne fait pas d'exercice par ailleurs, son poids ne cesse d'augmenter.
 

Manger pour tuer le temps

Son activité professionnelle favorise cette évolution. Silvia Weder est constamment en déplacement autour du globe pour rendre visite à ses clients, de Los Angeles à Hong Kong. Elle mange donc généralement au restaurant. « Comme mes collègues et clients savaient que j'adore tout ce qui est sucré, on m'invitait régulièrement à prendre un dessert, une coupe de glace par exemple. » Elle ajoute qu'après le dîner, elle engouffrait encore quantité de snacks salés et sucrés dans sa chambre d'hôtel, « simplement pour tuer le temps ».
 
D'autre part, son activité physique est réduite au strict minimum. « Je prenais l'ascenseur pour aller au parking souterrain, j'allais à la gare en voiture, à l'aéroport en train, quasiment jusqu'à l'avion sur le tapis roulant. Arrivée à destination, je prenais le taxi pour aller à l'hôtel ». Le résultat : à 60 ans, elle pèse 90 kg, puis 119 kg à 63 ans ; elle s'habille en taille 54.
 

Tombée comme une pierre

Les conséquences ne se font pas attendre : bientôt, les fauteuils d'avion deviennent trop étroits pour elle. Lors d'un voyage d'affaires en Pologne, elle tombe comme une pierre et est incapable de se relever seule en raison de son embonpoint. Le comptable qui l'accompagne doit l'aider à se relever. Une ambulance la conduit à l'hôpital. Diagnostic : une épaule déboîtée. « Une personne mince ne serait certainement pas tombée de façon aussi maladroite » déplore Silvia Weder.
 
Un autre incident en Corée s'avère « très gênant » pour elle : elle doit faire contrôler sa pression artérielle à l'hôpital local. Mais aucun brassard n'est suffisamment grand pour son bras. En outre, son corps lui déplaît de plus en plus. « C'est la raison pour laquelle je n'autorisais plus personne à me prendre en photo. Il n'existe qu'une seule photo de groupe sur laquelle on me voit en entier - je n'ai malheureusement pas pu l'éviter. »
 

Un exemple dissuasif

C'est pourtant bien une image qui décide Silvia Weder à tenter de perdre du poids, même s'il ne s'agit pas de la sienne propre. Lorsqu'elle rend visite à sa mère en maison de retraite, elle y est confrontée à la vision d'une femme âgée au fort embonpoint, constamment assise et généralement de mauvaise humeur. « Ce spectacle me rebuta. Je me dis que je ne voudrais en aucun cas lui ressembler sur mes vieux jours ».
 
Lorsqu'elle prend sa retraite en août 2012, elle laisse volontairement libre cours à sa gourmandise pendant un mois encore. Puis elle débute eBalance, sur recommandation d'une amie dont la collègue a réussi à perdre du poids grâce au programme en ligne.
 

Dépenser des calories en se promenant

« eBalance m'a convaincue parce qu'il n'y a pas de réunion collective ou de choses de ce genre » déclare Silvia Weder. Elle apprécie également le fait que le programme ne préconise pas seulement une réduction des calories absorbées dans le cadre d'une alimentation saine et équilibrée, mais également un surcroît d'activité physique pour accompagner le processus de perte de poids. « Étant donné le grand nombre de kilos que je voulais perdre, c'était une bénédiction pour moi. Sans l'activité physique, j'aurais quasiment dû réduire à zéro mon alimentation ».
 
Silvia Weder opte pour des promenades au grand air en compagnie du chien d'un collègue, Blacky. Au cours du premier mois, les promenades durent au plus dix minutes, tant ses pieds lui font mal. Mais elle tient bon : après tout, le chien a besoin de sa sortie. Après deux mois, les choses vont déjà beaucoup mieux, au bout de trois mois, elle peut doubler la durée des promenades. Bientôt, Blacky n'a plus besoin de la tirer au dehors : elle a pris goût à ces sorties quotidiennes, au cours desquelles elle a d'ailleurs sympathisé avec d'autres propriétaires de chiens.
 

S'habituer à la nouvelle donne

Aujourd'hui, Silvia Weder fait, six fois par semaine, des promenades de deux à trois heures avec Blacky. « Grâce à cet exercice, je peux désormais manger autant que je le souhaite et tout de même garder la ligne. » Ce qui ne signifie pas qu'elle retombe dans ses vieilles habitudes. Même si elle n'a pas complètement rayé du menu ces « petits plats qu'elle affectionne », ceux-ci ne constituent plus l'essentiel de son alimentation. En général, elle accompagne maintenant le poulet, le poisson et leur garniture d'abondantes portions de légumes, de salade et de fruits. Elle assouvit ses petites envies entre les repas avec des légumes crus et des fruits secs. « Cela fonctionne très bien.
Je n'ai plus de fringales comme autrefois.
 
Silvia Weder a stabilisé son poids depuis novembre 2013. Elle a pu ainsi se débarrasser de ses anciens vêtements et se constituer peu à peu une nouvelle garde-robe en taille 40. « Le choix dont je dispose dans cette taille me déconcerte un peu. Je cherche encore ce qui correspond le mieux mon type », dit-elle.
 

Un bénéfice pour la santé aussi

Elle doit également se familiariser avec son corps plus mince et plus léger, dont elle souhaite définitivement stabiliser le poids entre 63 et 65 kilos. « J'ai l'impression que je me déplace toujours aussi lentement et avec autant de lourdeur qu'autrefois, bien que mon tour de taille ait diminué de 130 à 87 centimètres. Ma tête n'est manifestement pas encore en phase avec la réalité et a besoin d'un peu plus de temps. » 
 
Ses connaissances et collègues doivent également s'habituer à sa nouvelle apparence. « Certains d'entre eux ne me reconnaissent plus qu'à ma voix ou à mes mèches rouges » dit-elle en riant. Mais ce qui la réjouit plus encore, est que son médecin ait déclaré récemment sur un ton admiratif que ses valeurs de cholestérol étaient « prodigieusement bonnes ».
 
Jolanda Lucchini, mars 2014

Astuces de Silvia Weder
  • L'essentiel est de faire preuve d'une discipline de fer dans le déroulement de la journée : heures de repas fixes, pratique des séances d'activité physique ou sportive dès le début de la journée, pour ne pas pouvoir prétexter plus tard ne pas avoir eu le temps de les faire. 
  • Tenir le journal eBalance de façon très rigoureuse.
  • Pour tous ceux qui n'arrivent pas à se motiver eux-mêmes : se procurer un chien, parce qu'il saura convaincre son maître de le sortir par n'importe quel temps. 
  • Assouvir ses envies entre les repas avec un yaourt au chocolat allégé au lieu de chocolat et avec des tomates ou des bâtonnets de légumes au lieu de chips. 
  • Même si la perte de poids stagne de temps à autre : ne pas perdre confiance et persévérer en gardant l'œil rivé sur son objectif.

Découvrez d'autres témoignages

  • « Perdre du poids n'est pas du tout difficile »

    Carmen Pachera (49), -20 kg

  • « Perdre du poids n'est pas du tout difficile »

    Carmen Pachera (49), -20 kg

  • « C'est un programme sérieux et réaliste »

    Anita Züllig (44), -9 kg

  • « Perdre du poids n'est pas du tout difficile »

    Carmen Pachera (49), -20 kg

  • « Les échanges facilitent la perte de poids »

    Iris Fenner (fr) (47), -17 kg

  • « Une plus grande compréhension mutuelle »

    Susanne et Daniel Zürcher (35 et 36), -6,5 kg / -5,4 kg

  • « Perdre du poids était bien plus facile que je ne l'imaginais »

    Bianca Lettmann (33), -30 kg

  • « Je suis désormais en forme, à la fois physiquement et mentalement »

    Monika Lüthi (27), -8 kg

Souhaitez-vous également parler de vos succès?

Alors ça continue ici Précédent

eBalance fonctionne et s'adapte à chacun.

Démarrez votre programme individuel dès maintenant

Affiliate Tracking Pixel